Trois mamies influenceuses qui nous inspirent

L’excentrique Zandra Rhodes, 81 ans, édite des objets de déco pour Ikea ; Jan de Villeneuve, top model de 76 ans, défile à la fashion week de Londres ; Iris Apfel, la muse de mode centenaire, signe une collection pour H&M... Focus sur trois figures phares des années 70 et leurs secrets pour rester sur le devant de la scène.

PAR SIGRID DESCAMPS ET INGRID VAN LANGHENDONCK. PHOTOS IKEA, PHOTONEWS, H&M. |

Zandra Rhodes, le pouvoir de l'arc-en-ciel

Elle a habillé Lady Di, Debbie Harry et Freddie Mercury. Créatrice du musée de la mode et du textile de Londres, elle colore aujourd’hui nos intérieurs avec une collection détonnante pour Ikea. On la croisait à Notting Hill dans les années 70, elle portait des plumes accrochées dans ses cheveux colorés et de larges kaftans imprimés sur de hautes bottes blanches. Née dans le Kent en 1940, elle a étudié le design textile au Royal College of Arts de Londres, a fondé son premier atelier d’impression en 1964, ouvert sa première boutique en 1967, présenté sa première collection l’année suivante. Remarquée par le Vogue américain, elle voit alors sa carrière décoller.

Sacrée designer de l’année en 1972, elle impose un style reconnaissable entre mille, créant des silhouettes fantasques. Elle a habillé les stars de la pop culture des années 70 comme Sandie Shaw ou Baby Jane Holzer (l’une des égéries d’Andy Warhol). Plus tard, on verra ses créations sur Paloma Picasso, Bianca Jagger, Diana Ross, Debbie Harry et même Lady Diana. Elle est également la styliste derrière le formidable top blanc plissé, le costume de scène porté par Freddie Mercury en 1974. En 1977, elle fut la première créatrice à présenter une collection inspirée du look punk : vêtements déchirés et épingles de sûreté à l’appui. Son influence sur le monde de la mode est indéniable : créatrice du musée de la mode et du textile de Londres, elle enchaîne les collaborations. Après Valentino, Dior, Fendi... c’est maintenant pour Ikea qu’elle signe Karismatisk, une collection à son image : multicolore. Sur Instagram, on la reconnaît avec ses cheveux couleur rose vif. À 81 ans, elle cumule 80.000 abonnés sur la plateforme et il ne se passe plus un jour sans qu'elle donne des nouvelles à sa communauté toujours plus fidèle. 

Découvrez Zandra Rhodes en images : 

Jan de Villeneuve, le top qui célèbre la diversité 

Avec ses rides assumées et ses cheveux gris, à 75 ans, elle défile toujours et fait la une des magazines de mode. Une incarnation parfaite de l’inclusivité et de la diversité dont le credo est “La beauté n’a pas d’âge” !  Elle est l’une de ces tops que le temps n’a pas relégués au placard. Elle faisait déjà la couverture du Vogue dans les années 60 et on la trouvait encore, rayonnante, en couverture du très prestigieux Harper’s Bazaar ou du numéro spécial mode du British Vogue en 2018. Elle défile à Londres et à Paris, et reçoit sans cesse de nombreuses propositions de contrats. On l’a vue poser ou défiler pour des marques comme Simone Rocha, Chanel ou Fendi. Sa devise ? “La beauté n’a pas d’âge”. Elle doit son succès à cette tendance nette à une certaine vision de la beauté, de la mode et de ce qui inspire les femmes, qui flotte dans l’air depuis quelque temps. Avec ses rides assumées et ses cheveux gris, elle incarne parfaitement l’inclusivité et la diversité dans le monde de la mode et elle en est assez fière.

 

 

 

 

Au début des années 70, elle travaille à Londres comme mannequin pour le Vogue UK quand son coiffeur, Leonard of Mayfair, tente sur son joli visage poupin une coupe incroyable, un bob effilé sur le haut et quelques mèches plus longues derrière. Une expérience capillaire, que l’on appellerait aujourd’hui la coupe mulet, qui fit fureur à Londres au début des années 70 et qui imposa la jeune Jan Griswold comme une icône de son temps. Jan fut aussi l’une des premières Londoniennes à oser s’affranchir de la minijupe pour un style résolument seventies : des pantalons larges, des blouses amples en imprimé liberty et des blouses brodées de fleurs et de motifs ultra-colorés, qu’elle mixait avec des pièces chinées sur Portobello Road. Bien avant la starification des top models survenue dans les années 90, elle incarna un certain style et l’héritage irrévérencieux et singulièrement original, que l’on retrouve en général dans la mode anglaise. Jan fera la couverture des magazines de mode, mais sera aussi souvent la cible des paparazzis : en 1975, elle épousa Justin de Villeneuve, un homme au destin singulier puisqu’il était coiffeur à Londres avant de rencontrer, de séduire puis de gérer la carrière du top le plus iconique des années 60 : Twiggy, dont il fut le manager jusqu’en 1973. Aujourd’hui des mannequins comme elle, mais aussi Yasmina Rossi et Maye Musk, incarnent une nouvelle manière de montrer la mode et de garder intact l’esprit libre de ces femmes qui, au tournant des années 70, ont créé un style qui ne se démode décidément pas...

Iris Apfel, la centenaire aux 2 millions d'abonnés

À cent ans, elle est l’une des égéries les plus célèbres de ces dernières décennies, prêtant son visage et sa créativité à de nombreuses marques en vue. Née le 29 août 1921 dans le Queens, Iris Apfel est une entrepreneuse américaine, architecte d’intérieur et icône de la mode. Elle a étudié l’histoire de l’art à l’université de New York et fréquente ensuite l’école d’art de l’université du Wisconsin. Elle a commencé sa carrière en se faisant engager par le quotidien Women’s Wear Daily et par le designer d’intérieur Elinor Johnson. Elle sera également un temps l’assistante de Robert Goodman, illustrateur de mode pour la presse américaine. En 1948, elle épousa Carl Apfel. Deux ans plus tard, ils lancèrent l’entreprise de textile Old World Weavers, qu’ils ont dirigée jusqu’à leur retraite en 1992. Et c’est là que la jeune créatrice a créé son style si unique. En effet, grâce à ses activités, le couple voyageait alors beaucoup, c’est ainsi qu’Iris dénichait des bijoux et des vêtements artisanaux aux quatre coins du monde. Elle portait alors ses trouvailles dans les soirées mondaines de leurs clients et est devenue populaire pour son style unique et déjanté.

 

 

 

 

De 1950 à 1992, Iris Apfel a pris également part à divers projets de décoration et de restauration. Elle travaillera même comme décoratrice pour la Maison-Blanche, procédant aux aménagements des appartements privés pour neuf présidents, de Harry S. Truman à Bill Clinton en passant par Robert Kennedy, Richard Nixon ou Ronald Reagan... Même si elle n’a jamais fondé sa propre marque de mode, elle s’est imposée au fil des décennies comme une gourou fashion ; elle fut – et est encore – régulièrement invitée à débattre sur la mode sur les plateaux de télé et dans de grands symposiums. Devenue célèbre, elle a peaufiné son style unique. Les marques l’ont bien compris et ont su saisir son potentiel de créativité et Iris Apfel se voit ainsi proposer de nombreux contrats de collaboration. On retiendra notamment Citroën pour qui, en 2016, elle devient l’égérie de la DS3 ; elle posera également pour les glaces Magnum, les verres Nude Glass ou encore, la marque de maroquinerie Aigner. La marque de maquillage M.A.C. lui dédiera, elle aussi, une collection. 

Découvrez la mamie la plus cool d'Instagram en images : 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.